yael danse orientale yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
yael danse orientale
 

yael danse orientale
LE SITE DE YAËL EST DESORMAIS DISPONIBLE A L'ADRESSE :
WWW.YAEL-DANSE-COM

MERCI DE VOTRE VISITE!

La danse orientale (en arabe « raks sharki »), originaire du Moyen-Orient, comprend le baladi (danse populaire), le sharqi (danse plus récente influencée par le jazz et représentée sur scène, dans des tenues de spectacle…) et le saidi (danse folklorique).

La danse orientale est réputée être l’une des plus anciennes du monde. En Occident, où elle s’est répandue dans les cabarets à partir des années 1930, elle est plus connue sous le nom erroné et réducteur de « danse du ventre » (bellydance en anglais). Les Français l’ont découverte quand les soldats de Bonaparte ont débarqué en Égypte : issus d'une société relativement puritaine, où la nudité était un péché tandis que l'Église considérait la danse comme une marque du démon, ces soldats ont interprété les déhanchements langoureux des danseuses comme des invitations racoleuses de prostituées. C'est cette interprétation, ainsi que le développement d’une danse orientale « de cabaret » pas toujours de bonne qualité qui sont responsables de cette appellation un peu méprisante de « danse du ventre » et de la mauvaise réputation dont la danse orientale souffrait il y a quelques années encore en France.

A partir des années 1990, la danse orientale a commencé à conquérir l’Europe et l’Amérique. En France, elle jouit d’un véritable engouement et a désormais gagné ses lettres de noblesse. Elle mérite amplement sa popularité actuelle, car c’est une danse très gracieuse et expressive, qui permet de laisser parler son corps et sa féminité sur des musiques tantôt langoureuses, tantôt très rythmées.

Caractéristiques

La danse orientale se caractérise par la souplesse, l'esthétisme et la sensualité des mouvements. Elle a recours à des ondulations, des rotations, des vibrations et des déhanchements. Le corps est un instrument qui interprète la musique, sur des tempos saccadés comme sur des rythmes envoûtants ou joyeux. C'est une discipline ouverte à toutes (des hommes pratiquent également la danse orientale, mais leur approche est en général un peu différente) quels que soient l'âge, l’origine et la condition physique. Contrairement à la danse classique, par exemple, la danse orientale n’exige pas une silhouette filiforme ou androgyne ; au contraire, les courbes généreuses donnent à cette danse une dimension sensuelle et féminine supplémentaire.

• Bienfaits physiques
Toutes les parties du corps sont sollicitées, en travaillant par « isolation », ce qui permet de découvrir son corps et d’apprendre à en contrôler les différentes composantes. Les abdominaux travaillent en profondeur et permettent de galber la ligne (taille plus fine). Les muscles du dos et de la région lombaire sont renforcés, entraînant un meilleur maintien. Les mouvements utilisant les pectoraux raffermissent le buste.
La danse orientale tonifie les épaules, les bras et les mains, le buste, le bassin, le ventre, les hanches, les fessiers, les jambes ; elle assouplit les articulations et aide à lutter contre l'ostéoporose. C'est donc une danse parfaitement adaptée aux corps de toutes les femmes.

• Bienfaits psychologiques
La danse orientale constitue un formidable moyen d'expression corporelle qui permet de mettre en harmonie son corps et son esprit. Elle détend et distrait, elle permet de rompre avec les soucis du quotidien tout en embellissant son corps et ses gestes. C’est une pratique qui rend plus sûre de soi, qui aide à assumer son corps et sa féminité.
Les cours « unisexes » permettent de se retrouver entre femmes, sans gêne ni complexe, pour partager des moments très agréables et complices.

• Déroulement d’un cours
Un cours de danse comprend :
– l’échauffement (mise en condition du corps et assouplissement) ;
– le travail technique (apprentissage des différents mouvements) ;
– l’apprentissage d’un court enchaînement chorégraphié (réutilisation des mouvements appris sur une musique précise, afin de travailler les enchaînements et l’écoute musicale) ou la création chorégraphique (création personnelle d’un enchaînement sur un rythme précis) ou l’improvisation ;
– les étirements finals (détente, relaxation du corps afin d’éviter les courbatures).

• Tenue idéale
Le plus important est d’être à l’aise dans ses vêtements :
– caleçon ou bas de jogging ou jupe ample ;
– haut moulant (pour permettre au professeur de corriger les mouvements), avec ou sans manches, couvrant ou laissant voir le ventre ;
– on danse pieds nus de préférence, mais on peut porter des chaussons de danse ou des chaussettes (pas de chaussures) ;
– facultatif : foulard à nouer autour des hanches, avec ou sans sequins (piécettes).
Prévoir une bouteille d’eau.


yael danse orientale  


yael danse orientale